Derniers Articles

Sur la route du Trassibérien en vidéo Près de quatre ans se sont écoulés depuis ce voyage. Hallucinant. Depuis tout ce temps, avec Marylou, on peut apprécier de visionner notre périple à l'aide d'une compilation d'une heure et demi des séquences que j'avais filmé. Je suis heureux aujourd'hui... Lire la suite

Ce n'est qu'un au revoir... On se réveille tôt. On s'habille rapidement. On prend un dernier petit déjeuner au Starbucks. On marche durant 20 minutes jusqu'à la la navette aéroport faute de taxis assaillis en ce Lundi matin. On arrive à l'aéroport. On monte dans l'avion. Pékin... Lire la suite

L'heure du bilan... Notre dernier jour, le retour en France... Que c'est étrange de se dire que l'aventure se fini maintenant. Durant nos heures de voyages entre Pékin et Moscou, personnellement, ce n'est pas encore pour moi « l'heure du bilan ». Trop captivée par... Lire la suite

L'aventure continue... Zou ! 4H30 du matin, le réveil sonne ! Eh non, le soleil n'est pas tout a fait levé... 5h... Non plus ! « Marylou Marylou ! Regarde ! » Ah oui, en fait le soleil est levé ! Et c'est beau ! Il doit être autour de 5h30 ! Je passe ma tête à l'extérieur... Lire la suite

Nous sommes visibles depuis l'espace ! Le réveil sonne. Une fois. Deux fois. Ah voilà, cette fois c'est la bonne ! En effet, nous avons un réveil très tôt pour voir le lever du soleil. Je sors de la tente et ai la chance d'assister à un spectacle extraordinaire où un soleil rougeoyant beigne... Lire la suite

Description de votre image

Retour sur la terre ferme.

Categorie : Irkutsk

Irkutsk…

Sortis du train à 2h du matin, heure locale, nous veillons jusqu’à l’heure de grimper dans un tram qui nous menera à la gare routière…
Première suprise, le tram est une sorte de caverne d’ali-baba ambulante. Pas de réels sièges, des babioles de partout, des bidons d’essence (du moins ça y resemble beaucoup), de la peinture sur les vitres ne laissant presque pas deviner le paysage extérieur et rien ne nous indiquant le prix et les arrêts; Nous sommes perdus ! Chanceux que nous sommes, un de nos compagnons de banquette du Transsib se retrouve lui aussi dans cet étrange tram et n’a pas l’air bien plus informer que nous, nous lui demandons le prix… Le conducteur lui annonce 12Roubles par personnes. Nous payerons juste avant de sortir.

Nous voici donc au coeur d’Irkutsk, plan du Lonely Planet à la main, cherchant notre chemin dans une ville qui montre une pauvreté à laquelle je n’avais jamais assister auparavant. Des vieilles maisons en bois, des routes cabossées, des voitures avec le volant à droite, des voitures avec le volant à gauche, des chiens errants (huuum ! Que j’aime ça, moi, l’amie des bête !) … Une ville qui semble vivre sur des traces passées. Et qui nous parait quelque peu triste avec ce temps gris, presque pluvieux du matin.

Nous atteignons finalement la gare routière pour acheter nos billets de bus pour l’île d’Olkhone. C’est très fièrement que je tends à la guichetière mon petit papier avec toutes les informations écrites en cyrillique, qui sans aucune question me vend deux aller-retour et laisse même échapper un sourire ! La journée commence bien !

Retour à la gare ferrovière pour acheter les billets de train pour Oulan-Bator ! Nous sommes renvoyer de guichet en guichet pour enfin tomber sur LE bon qui pourra nous vendre nos billets ! Ayant encore une fois préparer mon petit papier en cyrillique et après l’épisode à la gare routière, c’est encore plus fièrement que je le tends à la nouvelle guichetière. Nous partirons le 19 à 17h15 d’Irkutsk au lieu du 18 à la même heure. Précaution que j’ai prise par rapport à notre bus retour de l’Île d’Olkhone qui est à 17h le 18… Ne prenons pas le risque de louper le transmongolien !

Fatigués après notre nuit d’une demi heure, je m’affale sur un banc tandis que Yayann par à la recherche de toilettes… En vain ! La gare d’Irkutsk qui accueille la grande majorité des touristes empruntant le Transsibérien n’a pas de toilettes !
Déçus nous partons chercher quelque chose à manger. Ca sera pâte feuilletée à la viande.

N’ayant reçu aucune réponse de notre supposé hôte, et sans connexion internet nous nous lançons à la course d’auberge de jeunesse. Avec notre demi-heure de sommeil dans les pattes, la fatigue se fait très vite sentir. 
Nous tournons une heure dans un quartier indiqué par le Lonely Planet, n’ayant pas lu la description attentivement et mener en bourrique involontairement par les passants nous envoyant à des destinations opposées. Nous ne trouverons jamais cette auberge et nous retournons donc vers d’autres auberges conseillées par le guide.
Nous essayons deux autres auberges. La première était complète. Pour gagner du temps (et de la légerté… Les deux sont étroitement liés d’ailleurs !) Yann me laisse sur un banc avec nos deux gros sacs, et part à la recherche de la deuxième! Le voilà qui revient le pouce en l’air ! Victoire ! Nous savons où nous dormons !

C’est en fait un grand appart, aménagé en auberge de jeunesse. Pas mal pensé ! Douche (enfin !!! Après 4 jours de train ! ), toilettes (Yahouuuu !!!), thé-lait-café à volonté, internet gratuit … et des LITS !
Ca sera lessive et sieste pour ma part !
A mon réveil, Ô surprise ! Yayann a fait apparaître deux bouteilles de gaz, chose qui nous manquait pour notre escapade sur l’Île d’Olkhone et que nous ne savions pas où trouver. Parfait!

Derniers objectifs : faire les courses avant notre départ, mettre à jour le blog, envoyer les derniers e-mails, faire les sacs, manger (accessoirement!)… Et enfin, dormir !

La journée fut longue !
La nuit sera courte …

Maïwylou

Commentaires (3)

Heureux de vous voir de retour et attend avec impatience la suite.
Bisous
Didpap

La clé 3G nous permet d’avoir de vos nouvelles de Frontignan plage… le meilleur Muscat du monde (dixit Papa!) Ouf ! On copie, on colle, on lira un peu plus tard!
Bisous bisous bisous ! Mam Lou et Pap Gégé

Ravis de vous retrouver. Soyez prudents. Gros bisous de toute la famille de Cannes

Ecrire un commentaire