Derniers Articles

Sur la route du Trassibérien en vidéo Près de quatre ans se sont écoulés depuis ce voyage. Hallucinant. Depuis tout ce temps, avec Marylou, on peut apprécier de visionner notre périple à l'aide d'une compilation d'une heure et demi des séquences que j'avais filmé. Je suis heureux aujourd'hui... Lire la suite

Ce n'est qu'un au revoir... On se réveille tôt. On s'habille rapidement. On prend un dernier petit déjeuner au Starbucks. On marche durant 20 minutes jusqu'à la la navette aéroport faute de taxis assaillis en ce Lundi matin. On arrive à l'aéroport. On monte dans l'avion. Pékin... Lire la suite

L'heure du bilan... Notre dernier jour, le retour en France... Que c'est étrange de se dire que l'aventure se fini maintenant. Durant nos heures de voyages entre Pékin et Moscou, personnellement, ce n'est pas encore pour moi « l'heure du bilan ». Trop captivée par... Lire la suite

L'aventure continue... Zou ! 4H30 du matin, le réveil sonne ! Eh non, le soleil n'est pas tout a fait levé... 5h... Non plus ! « Marylou Marylou ! Regarde ! » Ah oui, en fait le soleil est levé ! Et c'est beau ! Il doit être autour de 5h30 ! Je passe ma tête à l'extérieur... Lire la suite

Nous sommes visibles depuis l'espace ! Le réveil sonne. Une fois. Deux fois. Ah voilà, cette fois c'est la bonne ! En effet, nous avons un réveil très tôt pour voir le lever du soleil. Je sors de la tente et ai la chance d'assister à un spectacle extraordinaire où un soleil rougeoyant beigne... Lire la suite

Description de votre image

Un pied en Mongolie, un autre en Chine !

Categorie : Transmongolien

Arrivés à Zamyd-Üüd, objectif : trouver un chauffeur de jeep pour passer la frontière. Ça tombe bien, les jeep ici, c’est pas ce qui manque ! A peine sortis du train, nous voilà déjà happés par un chauffeur qui nous propose le passage à 50Yuans chacun l’équivalent de 10000T. Nous devons d’abord retirer de l’argent. Lire la suite

Chine, nous voilà !

Categorie : Oulan-Baator, Transmongolien

Il paraît que la nuit porte conseil. Ce qui est sûr en tout cas c’est qu’au réveil je me sens bien mieux qu’au coucher ! Malgré une impression de déjà vu, car cette journée est la journée de départ d’Oulan-Baator tout comme aurait dû être la veille, cette fois-ci on compte bien y parvenir. Ainsi, après avoir fait changer nos billets à la gare avec miraculeusement que 1 600T de changement (heureusement on n’a pas eu à repayer des billets) nous restons à l’Auberge à lire, écrire les compte rendu, manger et regarder la télévision jusqu’à 14H, heure à laquelle nous nous dirigeons à la Gare. C’est donc logiquement que nous arriverons à celle-ci bien avant le train, qui lui est à 16h30, ne voulant pas cette fois laisser de place au hasard. Pour ma part, je n’ai qu’une hâte, celle de partir. L’épisode de la veille ma réellement donné envie de changer d’air et désormais je ne sais plus rien apprécier dans cette ville et n’ai plus aucune attente vis-à-vis des mongols. Un seul nom en tête : Pékin ! Pékin ! Pékin ! Ceci explique que lorsque une vieille dame ou un jeune mongol viendront nous parler pendant qu’on attendait le train, je ne répondrais que par le stricte minimum comptant au maximum sur Marylou pour les discussions. Dès le départ, je sais ma réaction décevante et imbécile face a des gens qui voulaient simplement sympathiser avec leur maigre anglais, mais c’est plus fort que moi, je sature, j’ai besoin de changer d’air.

Lire la suite

Passage de frontières.

Categorie : Transmongolien

 

Comme annoncé lors de l’achat des billets, on se trouve en deuxième classe. Dans notre compartiment 4 couchettes (superposées de chaque côté), on se retrouve avec une dame Mongole tout de suite très souriante et accueillante. Il en est de même pour la Provonidtsa qui est elle aussi une mongole avec laquelle nous aurons rapidement quelques liens particuliers passant par le rire.

Contrairement à la deuxième classe que nous avons eu entre Saint Petersbourg et Moscou, ici aucun repas ni eau n’est servi. Aucune prestation alimentaire supplémentaire par rapport à la troisième classe donc. Le samovar demeurera donc notre ami pour se faire du thé.

Lire la suite

Koupe d’air frais.

Categorie : Transmongolien

La première nuit fut assez froide, la couverture n’était pas de trop… A chaque arrêt du train je me réveille, tentant de comprendre où l’on est, si l’on change de train ou si l’on passe la frontière. Par souci de communication ou/et d’incompréhension, personne n’a l’air au courant de ce qui nous attend. Je guette.

Au petit matin, l’air se fait beaucoup plus chaud et nous annonce une journée d’une longueur interminable. Je n’ai pas forcément grand-chose à raconter à propos de ce voyage en train.

Lire la suite