Derniers Articles

Sur la route du Trassibérien en vidéo Près de quatre ans se sont écoulés depuis ce voyage. Hallucinant. Depuis tout ce temps, avec Marylou, on peut apprécier de visionner notre périple à l'aide d'une compilation d'une heure et demi des séquences que j'avais filmé. Je suis heureux aujourd'hui... Lire la suite

Ce n'est qu'un au revoir... On se réveille tôt. On s'habille rapidement. On prend un dernier petit déjeuner au Starbucks. On marche durant 20 minutes jusqu'à la la navette aéroport faute de taxis assaillis en ce Lundi matin. On arrive à l'aéroport. On monte dans l'avion. Pékin... Lire la suite

L'heure du bilan... Notre dernier jour, le retour en France... Que c'est étrange de se dire que l'aventure se fini maintenant. Durant nos heures de voyages entre Pékin et Moscou, personnellement, ce n'est pas encore pour moi « l'heure du bilan ». Trop captivée par... Lire la suite

L'aventure continue... Zou ! 4H30 du matin, le réveil sonne ! Eh non, le soleil n'est pas tout a fait levé... 5h... Non plus ! « Marylou Marylou ! Regarde ! » Ah oui, en fait le soleil est levé ! Et c'est beau ! Il doit être autour de 5h30 ! Je passe ma tête à l'extérieur... Lire la suite

Nous sommes visibles depuis l'espace ! Le réveil sonne. Une fois. Deux fois. Ah voilà, cette fois c'est la bonne ! En effet, nous avons un réveil très tôt pour voir le lever du soleil. Je sors de la tente et ai la chance d'assister à un spectacle extraordinaire où un soleil rougeoyant beigne... Lire la suite

Description de votre image

Sur les traces de Gengis Khan…

Categorie : Steppes Mongoles

22/08/2011 

On se réveille vers 7h30. Le temps de se doucher et de profiter goulûment des tartines et du thé gratuits que nous voilà partis avec nos sacs allégés de ce qui n’était pas nécessaire pour la randonnée. On cherche sans succès un cybercafé d’ouvert et nous résignons donc à aller à la gare routière sans que l’on ait pu donner de nouvelles sur le blog avant notre retour de la randonnée.

Pour trouver notre bus parmi les dizaines et dizaines de bus minibus et jeep qui sont stationnés à la gare routière, nous n’avons que la marque et la plaque d’immatriculation. Si nous voyons plusieurs bus allant à Kharakhorum, aucun n’a la bonne plaque. Je finis par demander à des chauffeurs qui m’emmennent à un bus qui n’a pas la bonne plaque. Je demande donc confirmation en anglais, en précisant l’heure de départ, sans nécessairement attendre de réponse car les Mongols sont peu nombreux à parler anglais. Coup de chance, une de personnes présente me confirme cela et me rassure. On prend ainsi place, nos sacs à nos pieds tandis qu’un homme s’approche vers moi en me tendant la main. Je lui sers la main, pensant que c’est le chauffeur ou équivalent, avant de reconnaître un bonhomme, qui quelques minutes auparavant dans le petit supermarché de la gare, m’avait déjà tendu la main et avait tapé son poing contre sa main à quelques centimètres de ma tête en voyant que je ne la lui serrais pas. En effet, bien que touriste occidental, je ne suis pas non plus un objet de foire qui se doit de serrer des mains sans raison et à n’importe qui ! Je lui avait donc fait un sourire et un froncement de sourcil d’incompréhension signifiant quelque chose comme « Pourquoi devrais-je te serrer la main ? Qui es-tu ? ». Bref, toujours est-il que j’ai bien fait de la lui serrer cette fois-ci, même si c’était « involontaire », car on comprendra rapidement que lui et deux acolytes sont des caïds qui imposeront leur volonté (ils parlent et chantent fort, font arrêter le bus quand ils ont envie de faire pipi etc.) et chercherons les embrouilles dans le bus.

Toujours est-il que 6h plus tard, nous voilà à Kharakhorum (ou Karakorum)!

  Lire la suite

Bayarlaa

Categorie : Steppes Mongoles

Arrivée à Karakorum  :

Et nous voilà partis pour les steppes ! Serrés comme deux sardines sur nos sièges de bus entre nos sacs et un paquet de gâteaux !
Le voyage est long et chaud ! La télé du bus diffuse des scènes burlesques sur des moments de la vie quotidienne puis des clips mongols qui, quand ils ne sont pas tournés dans les steppes se déroulent à Oulan-Baator. Vive la variété !
Lire la suite