Derniers Articles

Sur la route du Trassibérien en vidéo Près de quatre ans se sont écoulés depuis ce voyage. Hallucinant. Depuis tout ce temps, avec Marylou, on peut apprécier de visionner notre périple à l'aide d'une compilation d'une heure et demi des séquences que j'avais filmé. Je suis heureux aujourd'hui... Lire la suite

Ce n'est qu'un au revoir... On se réveille tôt. On s'habille rapidement. On prend un dernier petit déjeuner au Starbucks. On marche durant 20 minutes jusqu'à la la navette aéroport faute de taxis assaillis en ce Lundi matin. On arrive à l'aéroport. On monte dans l'avion. Pékin... Lire la suite

L'heure du bilan... Notre dernier jour, le retour en France... Que c'est étrange de se dire que l'aventure se fini maintenant. Durant nos heures de voyages entre Pékin et Moscou, personnellement, ce n'est pas encore pour moi « l'heure du bilan ». Trop captivée par... Lire la suite

L'aventure continue... Zou ! 4H30 du matin, le réveil sonne ! Eh non, le soleil n'est pas tout a fait levé... 5h... Non plus ! « Marylou Marylou ! Regarde ! » Ah oui, en fait le soleil est levé ! Et c'est beau ! Il doit être autour de 5h30 ! Je passe ma tête à l'extérieur... Lire la suite

Nous sommes visibles depuis l'espace ! Le réveil sonne. Une fois. Deux fois. Ah voilà, cette fois c'est la bonne ! En effet, nous avons un réveil très tôt pour voir le lever du soleil. Je sors de la tente et ai la chance d'assister à un spectacle extraordinaire où un soleil rougeoyant beigne... Lire la suite

Description de votre image

Au coeur de l’héritage Décembriste.

Categorie : Irkutsk

 

A huit heures, après un réveil matinal suivi d’une courte marche vers le centre de Khoujir, nous voilà dans le bus de retour pour Irkuskt !

Long trajet de sept heures qui sera ponctué par un arrêt involontaire. En effet, si toutes les routes sont en train d’être faites – et ils n’en sont pour le moment qu’à la surrélévation et l’applanissement de la terre – une montée a mal été pensée pour les bus et le pare buffle arrière touche le sol, manquant de se détacher. Néanmoins, n’oublions pas que nous sommes en Russie ! Une déviation ? Nooon ! S’il y a un problème avec la route, on la refait sur le champs ! C’est donc un camion rempli de terre, un tractopelle et un rouleau compresseur qui immédiatement quittent leur travail et viennent remodeler notre route. Enorme.


 

Une fois à Irkoutsk, nous suivons Marie, la française que nous avions rencontré à la gare et qui était parti sur Olkhon avec Elo et Seb (qui eux ont préféré rester une semaine supplémentaire sur l’Ile) afin qu’elle nous conduise à l’auberge de jeunesse où ils logeaient tous trois pour qu’on puisse éventuellement y dormir également. Deux autres français rencontrés dans le bus l’aller et surtout au retour, feront de même.

A l’auberge, seuls deux lits sont disponibles. Damned! Heureusement, les deux français avaient un autre endroit où ils étaient assurés de dormir donc ils nous cèdent gracieusement la place. Sympa ! Nous posons donc nos affaires dans un dortoir de cinq lits superposés et sortons immédiatement faire des emplettes pour le repas du soir – ayant marre de manger des pâtes chinoises quasi constamment depuis deux semaines. On revient ainsi avec des pains ressemblant quelque peu à des fougasses, du fromage à tartiner, de très petites tranches de jambon fumé et des petits gâteaux secs en forme de bretzels (mais sucrés ceux-là!). Vous vous imaginez bien que la première chose que nous faisons en rentrant – après être allé récupérer le sac qu’on avait laissé à la consigne pour la randonnée, – est évidemment de tenter d’ingurgiter le maximum de nourriture. La douche attendra !

 

Nous terminerons la soirée tranquillement, après une bonne douche , en la passant à mettre à jour le blog.

 

Le jour suivant, on se réveille plus tôt exprès pour terminer de mettre à jour le blog. Une Allemande me demande même si j’ai dormi de la nuit puisque quand elle s’est couché et relevé, j’étais sur l’ordinateur ! Evidemment oui !

 

Après une longue mise à jour qui durera jusqu’à 12H, avec Marylou on mange une dernière fois à l’auberge un paquet de la taille de celui des nouilles chinoises mais composé de blé avec des épices avant de partir pour se promener et prendre ensuite le Transmogolien.

 

Dans un premier temps, on désire se rendre au China Market, situé non loin de l’Auberge, afin d’y trouver des pâtes chinoises pas chères pour le train. C’est un échec total puisque le China Market se révèlera surtout être un nom pour désigner toute la contrefaçon des vêtements ou les prix extrêmement bas des produits qui sont vendus. On trouve en effet de tout au sein de petits stands couvert et souvent très rapprochés faisant penser à un Souk avec les draps qui sont au-dessus des ruelles formées par l’espace entre les stands. Une partie est également dans un bâtiment en béton et une autre de part et d’autre d’une rue. C’est tout bonnement gigantesque et on s’en veut presque de ne pas profiter de telles offres pour s’acheter des vêtements pas chers.

 

Ensuite, nous décidons d’atteindre à pied l’Avenue Lénine, qui est l’artère principale de la ville (d’ailleurs celle de la majorité des villes aussi) pour remonter jusqu’à la place Kirova, qui est la Place principale de la ville. Nous croiserons en chemin quelques bâtiments pas mals quoique parfois trop proches de la route voire décrépis, mais surtout la statue de Lénine en bronze, guidant toujours le peuple de sa main tendue. En ce qui concerne la Place Kirova, elle est quant à elle une immense place qui a été très majoritairement recouvertie en un parc. Nous avons de la chance d’être présents à Irkoutsk pour la célébration de ses 350 ans d’existence et du coup on a pu regarder (à défaut de lire les légendes en cyrillique) des images montrant la ville à travers les âges (souvent début XXe) exposées sur la Place pour l’occasion. J’ai du mal a en saisir l’intérêt tellement ce que montre les images et ce que la période soviétique a modifié est désolant. Au bout de la Place même se dressait une immense cathédrale à l’image de la Cathédrale du Sauveur sur la Sang versé de Saint Petersbourg ou de celle de Basile le Bienheureux de Moscou, qui a été détruite sur ordre de Staline après un mouvement d’humeur pour être remplacé par un bâtiment massif du Parti. Enfin autour de la place, nous pourrons encore admirer quelques clochers et la ridicule flamme éternelle qui borde quasiment le fleuve d’Irkustk en n’émettant rien de réellement visible – tout au plus une odeur de gaz.

 

On s’en va finalement à la gare, pensant prendre notre train trois quart d’heures plus tard… sauf qu’on s’est trompé ! Si notre billet affiche bien 17h15, il s’agit de l’heure de Moscou ! Du coup, notre train est à 22h15 ! Etant donné qu’on a beaucoup marché en pensant pouvoir se relaxer dans le train, on ne trouve pas la motivation de repartir à la conquête de la ville. En effet, on a déjà beaucoup vu de la ville les autres jours même si ce n’était pas dans nos objectifs (par exemple quand on cherchait une auberge de jeunesse), du coup, on a déjà pu admirer la majeure partie de l’architecture XIXe apportée notamment par les Décembristes. En effet, Irkoustk est réputé pour avoir été le lieu d’exil de nobles russes à tendance libérale qui tentèrent un coup d’Etat contre le tsar Nicolas Ier le 26 décembre 1825. C’est donc grâce à eux qu’Irkoutsk a pu se développer et se doter d’un patrimoine culturel et architectural important pour une ville de Sibérie car les femmes ont souvent suivi leurs maris rebelles exilés et ont contribué à refonder une société convenant davantage à leur vie sociale occidentale.

 

Après 6 heures d’attentes à discuter, manger nos derniers beignets fris russes ou encore à jouer aux cartes, nous embarquons dans le Transmongolien.

 

Yayann

Ecrire un commentaire