Derniers Articles

Sur la route du Trassibérien en vidéo Près de quatre ans se sont écoulés depuis ce voyage. Hallucinant. Depuis tout ce temps, avec Marylou, on peut apprécier de visionner notre périple à l'aide d'une compilation d'une heure et demi des séquences que j'avais filmé. Je suis heureux aujourd'hui... Lire la suite

Ce n'est qu'un au revoir... On se réveille tôt. On s'habille rapidement. On prend un dernier petit déjeuner au Starbucks. On marche durant 20 minutes jusqu'à la la navette aéroport faute de taxis assaillis en ce Lundi matin. On arrive à l'aéroport. On monte dans l'avion. Pékin... Lire la suite

L'heure du bilan... Notre dernier jour, le retour en France... Que c'est étrange de se dire que l'aventure se fini maintenant. Durant nos heures de voyages entre Pékin et Moscou, personnellement, ce n'est pas encore pour moi « l'heure du bilan ». Trop captivée par... Lire la suite

L'aventure continue... Zou ! 4H30 du matin, le réveil sonne ! Eh non, le soleil n'est pas tout a fait levé... 5h... Non plus ! « Marylou Marylou ! Regarde ! » Ah oui, en fait le soleil est levé ! Et c'est beau ! Il doit être autour de 5h30 ! Je passe ma tête à l'extérieur... Lire la suite

Nous sommes visibles depuis l'espace ! Le réveil sonne. Une fois. Deux fois. Ah voilà, cette fois c'est la bonne ! En effet, nous avons un réveil très tôt pour voir le lever du soleil. Je sors de la tente et ai la chance d'assister à un spectacle extraordinaire où un soleil rougeoyant beigne... Lire la suite

Description de votre image

北京市

Categorie : Pékin

Seulement deux jours à Pékin, et tellement de choses à voir… Objectif, faire un « Berlin », c’est-à-dire une journée comme nous avons fait à Berlin, marcher toute la journée à travers la ville sans trop trainasser pour voir les choses que l’on veut voir. Faire du tourisme à fond quoi !

Nous commençons par nous perdre ! Bien qu’Olivier nous ai donné un plan de la ville, il nous est assez difficile de repérer où nous sommes et où nous allons. Mais une chose nous frappe, c’est que bien que nous soyons dans Pékin, il est agréable de s’y promener (même perdus !). Les arbres qui bordent les routes donnent un effet tout à fait reposant à ces voies de circulations assez fréquentées. Arrivés à un croisement, nous hélerons un taxi et seront finalement pris par un petit tricycle électrique ! Nous lui demandons de nous emmener jusqu’à une station de métro. Tels deux enfants, nous sommes tout contents de faire ce voyage à bord d’un tricycle ! Le conducteur nous annonce que le prix est de 5Y par personne, n’ayant qu’un billet de 20Y je le lui tends et il nous rend 5Y avec un grand sourire. Nous le remercions avec un grand sourire aussi, avant de vraiment réaliser, une fois que vous étions sortis du véhicule, qu’il s’était bien joué de nous le bougre ! Tant pis, ce ne sont que 5Y de perdu, même pas un euro !

Ca y est nous voilà dans le métro pékinois. Nous passons nos sacs sur le tapis roulant, comme si l’on allait prendre l’avion, nous achetons nos tickets (merci à toutes ces traductions en anglais sur les panneaux, dans les machines etc.) puis nous prenons le métro… Bondé ! Je me retrouve emporter par la foule à chaque arrêt. Plusieurs écrans diffusent le bon comportement à adopter dans le métro, nous apprenons alors qu’il est interdit de sauter par-dessus les barrières ou de s’énerver conte la machine qui distribue les tickets. Il est aussi formellement déconseiller d’aller récupérer son portable qui est tombé sur les rames du métro quand ce dernier est à l’approche. Maintenant que nous savons comment prendre le métro à Pékin, nous avons l’esprit un peu plus tranquille pour en sortir !

La cité interdite n’est pas bien loin ! En marchant dans sa direction, un jeune chinois nous interpelle en anglais. « It’s a wonderful day, isn’t it ? », voyant que nous marchions à bonne allure, il n’essaie pas de nous suivre. Un passage piéton plus loin, un autre engage la conversation, plus coriace celui-ci, il nous suit. Saisissant l’occasion pour parler un peu anglais, nous discutons un moment, jusqu’à ce qu’il nous dise qu’il nous invite à rencontrer son professeur… Piège ! Un piège tellement mal amené d’ailleurs ! Dès le départ, ce jeune homme ne jouait pas l’honnêteté avec nous et cela se sentait. Mais qu’importe, j’ai parlé anglais et il nous a laissé tranquille une fois les choses mises au claire !

Nous sommes maintenant dans des petites rues à côté de la cité interdite. Et nous comprenons au fur et à mesure que nous sommes dans des hutongs, ce sont des petites ruelles que l’on trouve principalement à Pékin. Nous arrivons finalement à la cité interdite par le côté et non par l’entrée principale avec la place Tiananmen devant. Nous assistons à un exercice de défilé militaire, nous achetons nos billets d’entrée et nous fondons dans la masse de touristes, principalement chinois, se baladant en groupe, certains portant tous la même casquette pour ne pas se perdre. Ils sont assez rigolos tous ! La visite me parait d’une longueur interminable ! Je ne supporte pas tous ces gens agglutinés à chaque entrée de salle, appareil photo à la main. Gros coup de gueule envers tous ces appareils photos d’ailleurs… les gens ne prennent absolument pas le temps de regarder ce qu’ils prennent en photo ! La plupart d’entre eux regardent dans l’objectif de leur appareil photo en s’avançant vers ce qu’ils veulent prendre en photo, prennent la photo, la regardent dans le petit écran, puis tournent la tête pour prendre autre chose en photo et se dirigent vers leur prochaine photo l’œil rivé dans leur objectif… Quel est l’intérêt ?! J’avoue que je sortirai de là sans avoir vraiment profité de la visite et sans avoir retenu grand-chose. De l’autre côté de la route à la sortie nord de la cité, sous les conseils d’Olivier nous rentrons dans le parc (payant comme tous les parcs à Pékin) où, en haut de la colline qui s’y trouve est censé y avoir une belle vue sur la capitale.
Dès notre entrée, chose typique dans l’idée que je me faisais de Pékin, un groupe de femmes dansent de façon traditionnelle. Un peu plus loin des gens font du Tai-chi ! Nous entamons l’ascension de la colline, qui est plutôt haute finalement. Arrivés en haut nous nous retrouvons dans un temple Bouddhiste qui nous offre comme promis une vue magnifique sur la Cité Interdite au Sud et une partie de la ville au Nord ! Depuis là, nous sommes censés voir les collines à l’Ouest de la ville. La pollution étant tellement présente, nous n’apercevons que des ombres. Le temps de profiter de cette vue majestueuse qui me guérit un peu de ma déception de la Cité Interdite, puis nous redescendons et nous dirigeons toujours plus au nord à la recherche d’un petit restau pas cher.

Pendant notre quête, Yann nous fera très peur. Quand je dis « nous » je parle de moi, de Yann lui-même et d’une passante! En sortant d’un restau, sans images des plats proposés, donc forcément rejeté de notre liste, Yann s’effondra de toute sa grandeur sur quelques marches d’escalier, glissant sur un pan trop lisse. Rien de très grave, mais une douleur au poignet qui restera quelques jours tout de même. Heureusement nous trouvons un restaurant rapidement après cet incident, histoire de reprendre un peu de force ! Les plats en photos, n’ont pas l’air trop mal. Avec nos deux cocas, Yann prend le plat avec les œufs, j’en prendrai un avec des espèces de cacahuètes ! Mais où était-ce précisé que cette soupe de nouilles qui se trouve sous mon nez est la chose la plus épicée que je n’ai jamais mangé ?! En chinois peut-être… Je me force à manger mes nouilles qui m’arrachent la gorge et me font pleurer ! Je ne sais toujours pas ce qui a pu autant être épicé dans cette sauce, mais en tout cas ça l’était !

Bref ! C’est repartit ! Nous nous promenons dans les hutongs puis nous dirigeons vers Houhai, un lac autour duquel se succèdent le plus grand nombre de bars au monde. Bien que dès notre approche du lac on se soit fait alpagués par des femmes d’âge mûr qui voulaient nous faire un massage et qui insistaient, la balade fut très agréable ! Et nous avons fait la folie d’acheter une barbe à papa ! Nous nous perdons ensuite dans un hutong et nous retrouvons au bord d’un des six périph’ entourant la ville, nous voulons rejoindre le temple des Lamas et longeons le périphérique. A notre grande surprise, la balade s’avère une fois de plus agréable ! Tout a été aménagé pour que l’on se sente bien, avec des bancs, des arbustes, des arbres, des activités sportives… On oublierait presque que nous sommes au bord du périph’ !

Petite anecdote : Lors d’une petite pause pipi dans un des toilettes publiques des hutongs, nous avons chacun vécu une expérience unique ! Que ce soit du côté filles ou du côté garçons, les portes n’existent pas. En entrant, sur la gauche s’alignaient trois toilettes turques, séparés seulement par de mini parois d’un mètre à peine de hauteur. Et seulement un cabinet normal face à l’entrée (sans porte) ! C’est une chose à vivre, même (surtout !) pour ceux qui ont quelques difficultés à faire leur besoin n’importe où ! Ca décomplexe, croyez-moi !

Nous voilà face au temple de Confusius, l’entrée n’a pas l’air très cher et le temple semble intéressant. Nous y entrons. En sortant il est  déjà trop tard pour se rendre au temple des Lamas et j’ai envie de raisin vert. Nous nous dirigeons vers la Place Tiananmen pour ensuite finir par le marché connu de Pékin pour sa vente d’insectes.

Rentrer sur la place est tout un bins et vu son histoire ça peut se comprendre (je laisse Yayann vous la conter !). Nous devons comme à l’aéroport et dans le métro faire passer nos sacs sur un tapis roulant ! Sur la place, il y a un monde fou ! Mais pourquoi y a-t-il tant de gens en ligne ?! Ah ! C’est bientôt le coucher du soleil et donc la descente du drapeau chinois ! Nous attendrons 1h que les soldats baissent enfin le drapeau…  Perdant patience et ne voyant rien, je me balade vite fait autour de la place et remarque des caméras sur tous les poteaux et lampadaires de la place. Une fois le drapeau baissé, nous pouvons enfin partir à la recherche de ce fameux marché d’insectes grillés ! En chemin nous passons devant une église catholique où une centaine de personne dansent la même danse répétitive. Ça semble être un évènement improvisé. C’est assez sympa à regarder, bien que peu de gens aient l’air de prendre du plaisir à ce qu’ils font, où alors tout le plaisir qu’ils prennent est bien caché !

Continuant notre marche, nous tombons sur une grande avenue piétonne illuminées par des panneaux lumineux publicitaires ! Une rue comme on peut se l’imaginer aux States ! A notre droite un petit étalage bien éclairé et assez animé ! Serait-ce ça le marché aux insectes ?! Ça en a tout l’air ! Des étalages de plats typiquement chinois et une odeur horrible de poulpe grillé… Les prix étant assez élevés, je suis partante pour partager une nouveauté gustative avec Yayann, qui lui est plus partant pour un McDo. Nous mangeons donc là-bas et revenons au marché après notre repas histoire de voir où en est notre faim. L’odeur de poulpe grillé étant tellement forte ne nous plus aucune envie de goûter quoique soit ! Nous finirons la soirée par une petite promenade dans la grande rue piétonne, remplie de publicité de tous côtés !

Maïwylou

Ecrire un commentaire